Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Huysmans Joris-Karl – Sac au dos

Huysmans Joris-Karl - Sac au dos - Bibliothèque numérique romande - Antique illustration des écoles civiles et militaires françaises : hôpitalHuysmans Joris-Karl – Sac au dos (versions de L’Artiste 1877 et de Les Soirées de Médan 1880): Aux antipodes de l’exaltation romantico-militaire du discours patriotique sur la guerre franco-prussienne dix ans après la défaite de 1871, Joris-Karl Huysmans reprend, «vu d’en bas», dans une narration naturaliste teintée d’humour, les souvenirs de sa brève mobilisation (il fut évacué du front après moins d’un mois pour dysenterie) et de ses séjours dans les hôpitaux militaire. La déchéance des corps crûment décrite et l’absurde ne trouvent remède que dans la dérision et l’amitié. (suite…)

Bernanos Georges – Les grands Cimetières sous la Lune

Bernanos Georges - Les grands Cimietières sous la Lune - Bibliothque numérique romande - Sylvie S. Lune CroissantBernanos Georges – Les grands Cimetières sous la Lune : C’est lors de son exil que Bernanos rédige Les Grands Cimetières sous la lune, un violent pamphlet anti-franquiste qui aura en France un grand retentissement lors de sa publication, en 1938.  Bernanos séjourne à Majorque lorsque la guerre civile éclate. D’abord favorable au camp nationaliste pendant les trois premiers mois qui suivent le soulèvement l’écrivain est rapidement horrifié par la répression franquiste et désespéré par la complicité du clergé local. (Wikipédia) (suite…)

Carroll Lewis – Alice au pays des merveilles

Carroll Lewis - Alice au pays des merveilles - Bibliothèque numérique romande - Arthur Rackham Alice et les cartes qui s'envolentCarroll Lewis – Alice au pays des merveilles (illustrations de l’auteur et de Arthur Rackham) : Alice s’ennuie auprès de sa sœur qui lit un livre (« sans images, ni dialogues ») tandis qu’elle ne fait rien. « À quoi bon un livre sans images, ni dialogues ? », se demande Alice. Mais voilà qu’un lapin blanc aux yeux roses vêtu d’une redingote avec une montre à gousset à y ranger passe près d’elle en courant. Cela ne l’étonne pas le moins du monde. Pourtant, lorsqu’elle le voit sortir une montre de sa poche et s’écrier : « Je suis en retard ! En retard ! En retard ! », elle se dit que décidément ce lapin a quelque chose de spécial. En entrant derrière lui dans son terrier, elle fait une chute presque interminable qui l’emmène dans un monde aux antipodes du sien. Elle va rencontrer une galerie de personnages retors et se trouver confrontée au paradoxe, à l’absurde et au bizarre… (Wikipédia) (suite…)

Pastre J.-L. Gaston – L’étrange aventure de Pierre Fontramie

Pastre J.-L. Gaston - L'étrange aventure de Pierre Fontramie - Bibliothèque numérique romande - Le grand canyon de Yarlung Zangpo (ou la gorge de Tsangpo) au Tibet, a été prise le 25.02.2004 par la NASA/ GSFC/ METI/ ERSDAC/ JAROS, et l’U.S./Japan ASTER Science TeamPastre J.-L. Gaston – L’étrange aventure de Pierre Fontramie : Pierre Fontramie, un jeune explorateur qui revient d’une expédition au Tibet reçoit une invitation inattendue. Le duc de Palerme, un mystérieux noble italien qui vit sur l’île de Yerta au large de la côte tripolitaine, l’invite à participer une nouvelle expédition tibétaine. À Yerta, Fontramie découvre bien des merveilles. Le docteur Lauricci avec  l’utilisation d’un métal inconnu a réalisé de gigantesques panneaux solaires mais aussi le stockage et la transmission à grande distance de l’énergie électrique. Irrigation, monorail, cette énergie gratuite marque toute l’île de son empreinte. C’est là que Fontramie découvre une dernière nouveauté, La Rondine, qui va permettre et faciliter l’expédition projetée. Mais, arrivés au Tibet, les explorateurs vont découvrir l’inattendu alors que des difficultés imprévues mettront en péril leur liberté et leur survie. (suite…)

Balzac Honoré de – Le Père Goriot

Balzac Honoré de - Le Père Goriot - Bibliothèque numérique romande - Honoré Daumier Le Père GoriotBalzac Honoré de – Le Père Goriot : Un immeuble parisien, un peu sale. Les murs des couloirs et des pièces ne reluisent guère, d’un sépia indéfinissable, celui de la crasse accumulée peut-être : voici la pension Vauquer. Vous y rencontrerez le jeune Rastignac, venu faire son droit à Paris. Il vivote car ses parents sont peu fortunés. Il y a aussi l’énigmatique Vautrin. Enfin un vieillard, plus misérable encore que les autres pensionnaires, le Père Goriot. (suite…)