Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Ramuz Charles Ferdinand – Les Circonstances de la Vie

Ramuz Charles Ferdinand - Les Circonstances de la Vie - Bibliothèque numérique romande - photo Sylvie SavaryRamuz Charles Ferdinand – Les Circonstances de la Vie  : Inspiré du réalisme des romans de Flaubert, c’est le récit de la vie du notaire Émile Magnenat. Marié sans passion avec Hélène, une jeune fille de bonne famille, il mène une vie tranquille et morne dans une petite bourgade. L’arrivée de Frieda, une employée de maison alémanique, ambitieuse et sans scrupules, va tout bouleverser.

Dans ce roman qui oppose deux mondes, celui de la campagne et celui de la ville, Ramuz se livre à une satire, souvent ironique, de ce monde bourgeois qu’il détestait.

Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse, de parents commerçants. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. Son premier roman, Aline (1905), est un succès. Suivront jusqu’en 1911 des romans centrés sur un personnage (dont Vie de Samuel Belet, Aimé Pache, peintre vaudoisJean-Luc persécuté).  En 1914, il revient vivre définitivement en Suisse. Avec La guerre dans le Haut-Pays (1915), Le règne de l’esprit malin (1917), La guérison des maladies (1917), il renonce au roman explicatif pour décrire des communautés aux prises avec les forces du mal, la guerre, la fin du monde. Il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé – au grand dam des puristes – abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité. Il décédera en 1947 à Pully, près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Bove Emmanuel – Un Caractère de Femme

Bove Emmanuel - Un Caractère de Femme - Bibliothèque numérique romande - Félix VallottonBove Emmanuel – Un Caractère de Femme : En 1922, une soirée comme sait les décrire Emmanuel Bove…. Parmi les invités, le docteur Salmand. Surgie d’une nuit pluvieuse, Colette, sa fille le demande : il y a quatre ans elle n’a donné de nouvelles et elle a besoin d’argent. Amoureuse, éperdument, elle s’est enfuie avec un homme, Jacques. Diminué par une blessure, velléitaire, écrasé par la culpabilité d’un crime, Jacques se laisse porter, sans réagir vraiment, par Colette qui tente tout pour sauvegarder leur couple. La culpabilité finira par gagner…

« Sur fond de massacres impossibles à oublier, de passions familiales mal enfouies, de secrets multiples, l’intrigue se noue, mêlant les thèmes boviens du ratage, de la médiocrité du tout et de la banalité du désespoir. » (médiathèque Armel de Wismes)

Une partie de l’intrigue se déroule à Genève où Colette et Jacques se sont réfugiés. L’occasion de rappeler qu’Emmanuel Bove a fait une partie de ses études au Collège Calvin. Écrivain prolixe, révélé par Colette, Emmanuel Bove a connu le succès de son vivant, avant de tomber dans l’oubli, et d’être redécouvert par Peter Handke dans les années 1980.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Bernard Tristan – Mémoires d’un jeune homme rangé

Bernard Tristan - Mémoires d'un jeune homme rangé - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-Wells dessin Hermann PaulBernard Tristan – Mémoires d’un jeune homme rangé : Dans les années 1900, Daniel Henry, un jeune homme de 20 ans fils d’un petit industriel drapier-tailleur, décide après mûres réflexions de tomber amoureux de Berthe Voraud, fille d’un autre industriel bourgeois. Heureusement, elle cède à ses avances timides et l’affaire va aller jusqu’au mariage, grâce peut-être aux deux pères plus entreprenants et très intéressés par l’argent de l’autre parti.

Daniel est vieux avant l’âge : Un jeune homme rangé, ce n’est qu’un euphémisme, c’est un jeune homme étriqué dans ses habits et ses idées, conformiste à outrance, qui cherche toujours à savoir ce que les autres pensent de lui ; il ne fait que ce qui se fait ou ce qu’il croit qu’il doit faire. Paru en 1899, c’est le premier roman de Tristan Bernard, habitué plutôt à écrire des pièces de théâtre, des pamphlets, des mots d’esprit. Il dresse ici une critique humoristique et subversive de la vie des bourgeois de son temps.

Proche de Léon Blum, Jules Renard, Lucien Guitry, Paul Gordeaux, Marcel Pagnol, et de bien d’autres, célèbre pour ses jeux de mots, ses mots croisés et son théâtre de boulevard, écrivain-chroniqueur-sportsman-gastronome, Tristan Bernard fut aussi un écrivain romanesque à succès. Il contribua au genre policier par son recueil Amants et Voleurs (1905) et plusieurs autres romans. Arrêté comme juif en 1943 et interné à Drancy, il échappe de peu à la déportation. Parue dans La Presse en 1900, cette phrase de Francis de Croisset résume fort bien notre auteur: « Il a l’observation minutieuse et analytique. Il scrute le cœur humain à coups d’épingles. Il le fouille de ses ongles courts, avec le plaisir aigu et chatouilleur qu’on ressent à gratter un bouton. »

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Malot Hector – Marichette (volume 2)

Malot Hector - Marichette 2 - Bibliothèque numérique romande - Stanzilla Château de Saint-Maclou-la-CampagneMalot Hector – Marichette (volume 2) : Marichette a réussi à s’enfuir de chez son terrible cousin Simon Bellocq. Elle habite désormais chez Sylvain et Célanie. Celle-ci commence par la choyer car elle pense ainsi augmenter ses chances de recevoir l’héritage de Simon. Mais elle se met ensuite à persécuter Marichette, qui, à la suite de son viol par Simon, attend un enfant : Célanie la considère comme une fille perdue. Sylvain réussit à placer Marichette chez une lingère qui l’accueille comme sa propre fille et devient une amie précieuse. La jeune femme accouche d’un garçon, Pierre, qu’elle éduque de façon exemplaire et qui devient un brillant élève. C’est alors que Simon Bellocq, entame une procédure pour prendre Pierre auprès de lui. Va-t-il gagner ? Marichette le supportera-t-elle ? Et Paulin, qui revient au pays après plusieurs années à l’étranger, que va-t-il faire ?

Dans ce roman, Malot dénonce une fois encore les injustices de la société de son temps : le sort fait à une fille violée, le déshonneur, la condition d’un fils bâtard, la loi qui donne raison au père uniquement, le manque de scrupules et la tyrannie d’un homme ambitieux qui terrorise son entourage. Mais tout cela est tempéré par la présence de personnages généreux et courageux.

Téléchargements : ePub – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT  

Ramuz Charles Ferdinand – La Guerre dans le Haut-Pays

La Guerre dans le Haut-Pays - Charles Ferdinand Ramuz - Bibliothèque numérique romande - Francis Chaurel Les Ormonts un petit matin de marsRamuz Charles Ferdinand – La Guerre dans le Haut-Pays : En 1797, les idées révolutionnaires arrivent de France dans les Préalpes vaudoises, jusqu’à la vallée des Ormonts, dans le canton de Vaud. Le Bas de la vallée est déjà acquis aux nouvelles idées, mais le Haut, très conservateur, reste attaché au canton de Berne. Dans ce contexte historique tendu, les villages du Haut se rassemblent pour résister à l’ennemi du Bas ; seuls deux individus sont tentés par la Révolution : le vieux soldat un peu anarchiste Ansermoz et David, le fils du plus virulent conservateur antirévolutionnaire, qui va le renier pour ses idées libertaires. David quitte donc son père et son village pour aller s’engager avec les soldats du Bas.

Le malheur est que David est très amoureux de Félicie et ne vivra que pour la revoir et lui dire qu’il l’aime. Pendant ce temps, restée au village, Félicie se morfond en silence et tombe dans une folie désespérée, malgré les tendres attentions de son père. Jusqu’au jour où, mue par son instinct amoureux, elle se lève et part seule à la recherche de David dans la montagne. La fin n’est pas en forme de happy end, on s’en doute, elle sera douloureuse et brutale pour les deux amoureux.

Ramuz nous livre une magnifique et tragique description du combat entre l’amour et la politique, du conflit de génération entre père et fils,  des tensions entre le Haut et le Bas qui divisent les habitants de cette vallée. Ce roman, comme plusieurs autres de Ramuz, a été adapté au cinéma par un réalisateur suisse, en l’occurrence Francis Reusser, qui transcrit admirablement les déchirements provoqués par cette guerre dans la communauté montagnarde et paysanne des Ormonts.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – Passage du poète

Ramuz Charles Ferdinand - Passage du poète - Bibliothèque numérique romande - Photo Sylvie SavaryRamuz Charles Ferdinand – Passage du poète : Besson le vannier, arrive au printemps dans un village du vignoble de Lavaux, au-dessus du Lac Léman. Il vient y travailler le temps d’une saison. Sur son passage, on rencontre différents personnages – vigneron, fossoyeur, pêcheur. Chacun est pris dans ses petits soucis. Besson, avec sa tranquillité silencieuse, s’intègre sans s’intégrer, ce sont les autres qui modifient leur regard sur leur quotidien. À la fin de l’été, une fête des vignerons réunit tout le monde, et Besson s’en repart, dans le silence de la nuit.

Un récit poétique et envoûtant, dont Ramuz disait qu’il était un de ses préférés.

 « Un poète est venu, on ne l’a pas reconnu et on ne sait pas qui il est.

C’est simplement un homme, un homme parmi les hommes, un homme comme les autres hommes. »

Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse, de parents commerçants. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. Son premier roman, Aline (1905), est un succès. Suivront jusqu’en 1911 des romans centrés sur un personnage (dont Vie de Samuel Belet, Aimé Pache, peintre vaudoisJean-Luc persécuté).  En 1914, il revient vivre définitivement en Suisse. Avec La guerre dans le Haut-Pays (1915), Le règne de l’esprit malin (1917), La guérison des maladies (1917), il renonce au roman explicatif pour décrire des communautés aux prises avec les forces du mal, la guerre, la fin du monde. Il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé – au grand dam des puristes – abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité. Il décédera en 1947 à Pully, près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT